Des saisons au bord de la mer par François Maspero

Publié le 24 août 2009

Les « abeilles et la guêpe » avaient été l’an passé un bonheur de lecture. Cette autobiographie de François Maspero révélait une écoute aux tragédies contemporaines, un courage personnel et une générosité infinis. J’ai retrouvé dans ce nouveau récit de vie, la même sensibilité au monde, mais des perspectives et une écriture différents. Il ne s’agit plus de restituer le parcours de sa vie, mais de faire revivre dans un registre poétique, les traces de deux enfances heureuses, la sienne et celle de sa fille. Le mode de la narration à la troisième personne lui a donné une liberté de transposition et d’idéalisation qui explique l’unité, les résonances heureuses entre les deux récits. Il rassemble donc dans une première partie une masse de souvenirs visuels, sensoriels, émotionnels sur ses vacances d’été chez les grands parents dans le Boulonnais, sans doute la ville d’ Outreau. Il se souvient de tout ce qui en faisait les plaisirs : les jeux de plage, les parties de pêche avec les cousins, la chasse aux papillons avec le grand-père. Cet ancien médecin l’a initié à la curiosité du monde et de la nature. Mais dans les grands rassemblements familiaux de l’été, la seule personne avec qui il […]

Les Abeilles et la Guêpe, par François Maspero

Publié le 24 janvier 2009

Dans un mouvement qui entremêle passé et présent, François Maspero se remémore et raconte ces rencontres qui ont marqué sa vie, ses engagements, ses combats, ses errances dans notre monde chaotique, de la fin de la Seconde guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui. Libraire, éditeur, traducteur ou écrivain, François déclare être entré -par effraction- dans toutes les professions qui ont été les siennes. Dans son roman Les Abeilles et la Guêpe, François Maspero relate ses débuts de libraire « aiguilleur », « révélateur », d’éditeur » qui participe au motif », son engagement contre la guerre coloniale de la France en Algérie -qui lui valut la saisie de beaucoup d’ouvrages -, les difficultés de maintenir à flot sa librairie qui résiste grâce au soutien d’un réseau d’amis fidèles, son départ des éditions au début des années quatre-vingt. De ces années, il nous restitue les espoirs et les déceptions. Sans complaisance pour lui-même ni regret, il s’interroge sur le sens du combat qui l’a conduit auprès de Che Guevara, de Fidel Castro ou encore de Frank Fanon, en Amérique latine, en Algérie ou à Cuba. Pour comprendre ce Maspero-là, il interroge son enfance. Il a douze ans et vient d’apprendre la mort de son père, Henri Maspero à Buchenwald, […]