Les femmes qui lisent sont dangereuses, par Laure Adler & Stefan Bollmann

Publié le 10 février 2009

L’ouvrage rassemble des peintures et des photographies allant du Moyen-âge à nos jours qui offrent toutes des portraits de femmes face à leur livre, journal, lettre. Quelques 130 illustrations ont été choisies pour figurer dans ce petit musée imaginaire. Pourquoi un tel titre ? L’angle d’approche des deux auteurs est celui de l’histoire de la lecture chez les femmes. La bible a été longtemps interdite aux femmes avant d’être la seule autorisée. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle, que les femmes commencent à s’octroyer l’accès à d’autres lectures. C’est elles d’ailleurs qui feront le succès du roman. Jusqu’à très tard, la société voyait d’un mauvais œil le nombre croissant de femmes devenant lectrices. Les auteurs rappellent qu’il aura fallu des siècles avant qu’il soit accordé aux femmes de lire à leur guise. Dès l’instant où elles envisagent la lecture comme une évasion vers l’espace illimité de la pensée, de l’imagination et du savoir, les femmes deviennent dangereuses. Qui dit lecture dit émancipation de la pensée, et la lecture a toujours été l’affaire des femmes. Les peintres et les photographes en donnent une idée plus vraie que ne le feraient toutes les statistiques. le fil de l’histoire de cette lecture féminine conduit […]