La composition française par Mona Ozouf

Publié le 8 août 2009

Spécialiste reconnue de la Révolution française, l’historienne Mona Ozouf a publié au printemps dernier une autobiographie à forte visée argumentative, mêlant l’évocation de son enfance bretonne dans les années 30 à 40 à des réflexions personnelles sur les identités nationales et régionales. « La France a toujours vécu d’une tension entre l’esprit national et le génie des pays qui la composent, entre l’universel et le particulier. Mona Ozouf se souvient de l’avoir ressentie et intériorisée au cours d’une enfance bretonne ». « Composition française » commence par le portrait de son père disparu quand elle avait quatre ans. « Un instituteur communisant, ardent défenseur de la cause bretonne, directeur d’une association et d’une revue baptisée Al Farz (la faucille) ». Puis c’est l’évocation de sa grand-mère : « Ma grand-mère, son costume, sa coiffe, sa langue, ses savoirs multiples, tout en elle parlait de l’identité bretonne. Et pourtant. C’était elle, la TSF étant entrée dans notre cuisine, qui vénérait Tino Rossi, elle qui à côté de son répertoire breton, chantait « vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » Enfin, celle de sa mère : « la jeune fille que mon père remarque (lors d’une conférence pédagogique), second miracle, qui parle breton , va embrasser sa cause, épouser sans hésitation l’aridité de […]