Exit le fantôme, par Philip Roth

Publié le 5 janvier 2010

Une mise à distance littéraire et humoristique du drame de la finitude. Plus qu’un plaisir de lecture, une émotion durable. Pour faire de son désespoir de vieil écrivain une fiction ramassée, aux registres multiples où se mêlent réalisme, tragique, humour grinçant, colère, passion, poignants regrets, il fallait être Philip Roth. Une réussite donc, comme l’annonçait déjà le titre : « exit le fantôme » Le grand écrivain est encore capable d’une sortie théâtrale et littéraire, sous les feux de la rampe. Même quand Philip Roth délivre ce qui est peut-être son dernier testament littéraire, il le fait avec l’élégance et la légèreté du clown, il joue la comédie de la vie. J’ai retrouvé comme narrateur Nathan Zuckerman, son double littéraire, personnage témoin de l’affaire Lewinski dans son chef d’œuvre « la tache », le même écrivain solitaire, survivant très bien dans la campagne profonde, avec comme seule compagnie ses livres et sa machine à écrire, le même regard désabusé sur le monde, la même efficacité narrative. Mais son personnage est devenu central et il a vieilli. Des détails très crus sont donnés sur sa déchéance physique et les raisons de son éloignement. Il avait quitté sa ville, New York pour se protéger […]