Le quatrième mur, par Sorj Chalandon

Publié le 27 avril 2014

Georges est un jeune idéaliste politisé né en 1950. Après avoir activement participé à Mai 68, il se trouve investi d’une mission impossible, monter la pièce Antigone d’Anouilh à Beyrouth en pleine guerre civile. En effet, il en a fait la promesse à son ami Sam qui est en train de mourir. Tous les deux sont des figures emblématiques de la période de mai 68. Georges a été un militant courageux, qui a trouvé dans le théâtre un exutoire à la politique. Sam (Samuel Akounis) est un Grec, juif antifasciste, du temps des colonels, il a connu la prison, les tortures, puis l’exil à Paris. Lui aussi est passionné de théâtre. Lui aussi défilera en réclamant le retour à la terre des Palestiniens. Ces points de rencontre leur ont permis de construire une amitié pour la vie, thème majeur de ce roman. Mais Sam est en train de mourir alors qu’il finissait de constituer le casting de la pièce, après deux ans de recherche à Beyrouth. Il s’agit de faire jouer ensemble des ennemis dans la vie réelle. Nous sommes en 1982. Sunnites, Chiites, Phalangistes, Druzes, Maronites, Palestiniens s’entretuent. La pièce doit être jouée une fois, au milieu d’un champ […]

Au revoir là Haut, par Pierre Lemaitre

Publié le 26 avril 2014

Le premier chapitre plonge le lecteur dans l’horreur des tranchées à la fin de la première Guerre Mondiale. Pierre Lemaitre réalise le tour de force de camper en peu de mots l’ambiance du front. Il découvre les deux personnages principaux du roman aux prises avec l’enfer de la guerre, quelques jours avant l’amnistie. Il aurait réécrit 22 fois ce chapitre. Alors que les poilus aspirent à l’arrêt des combats, un officier, le troisième personnage important du roman, le capitaine Pradel envoie deux éclaireurs s’exposer sur la ligne du front. En les tuant de dos, il trouve le prétexte pour lancer ses troupes dans un nouvel assaut. Albert faillit mourir étouffé dans un nouvel assaut. Edouard le sauve, mais un éclat d’obus fait de lui une gueule cassée. Les autres chapitres, pour ceux qui l’ignorent, évoquent la grande misère de beaucoup de survivants de la guerre 14-18. Pour échapper à cette misère, Edouard et Albert montent une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Ils enverront à toutes les communes pleurant leurs défunts, des croquis de monuments aux morts et réclament des paiements à la commande. Avec la fortune accumulée, ils comptent s’enfuir à l’étranger, sans songer à une quelconque réalisation des dits monuments. […]

Une femme fuyant l’annonce par David Grossman

Publié le 13 novembre 2011

Ora est une femme séparée de son mari depuis peu quitte son foyer de Jérusalem pour fuir la nouvelle tant redoutée : l’annonce de la mort de son second fils, Ofer. Ce dernier termine en effet son service militaire et s’est porté volontaire pour une opération en Cisjordanie. Sa mère veut espérer qu’il ne mourra pas si on ne peut la prévenir. Comme si en fuyant l’annonce, Ora protégeait son fils de tout danger. La randonnée en Galilée qu’elle avait prévue avec lui, elle l’entreprend avec Avram, son amour de jeunesse. Cet homme est revenu dévasté de la guerre du Kippour, il a connu les geôles égyptiennes, il est le père biologique d’Ofer, mais il a toujours refusé de le connaître et d’apprendre quoi que ce soit sur lui. Ora pour conjurer le sort, veut croire aux bienfaits de la pensée magique et pour maintenir son fils en vie, elle va installer peu à peu le récit de ses faits et gestes. Ce sont des moments de pure émotion qu’elle nous délivre peu à peu, en même temps que les différentes facettes de son tempérament à elle généreux, passionné, complexe. A travers son récit à différents niveaux, Grossman montre avec quelle […]

Mes bifurcations par André Brink

Publié le 5 avril 2010

Une plongée dans la conscience blanche et l’histoire mouvementée de l’Afrique du Sud Brink a entrepris, à 70 ans d’écrire ses mémoires ou « ses bifurcations » d’intellectuel blanc, face à l’Apartheid, dans son pays l’Afrique du Sud. Il a acquis dès les années 70 une aura internationale, par ses romans superbes et courageux et ses nombreuses initiatives contre l’Apartheid. Trois de ses romans à ma connaissance ont fait rapidement le tour de la planète : « Une saison blanche et sèche », « Un turbulent silence », « Au plus noir de la nuit », trois révélations pour moi dans les années 80. Dans « mes bifurcations » André Brink ne nous livre pas une autobiographie ordinaire : Bien sûr son histoire personnelle, marquée par son enfance dans la communauté Afrikaner est attachante, racontée avec talent et sensibilité. Dans sa communauté blanche, Noirs et Blancs ne se rencontrent jamais, mais cela ne l’empêche pas de s’endormir la peur au ventre, persuadé « qu’un Noir est tapi sous son lit ». Mais ce qui fait son prix est son extrême sincérité, pour faire part de ses difficultés à s’arracher « au ghetto mental blanc », aux avantages de sa communauté d’origine qui dirige le pays, et impose un régime de discriminations à la majorité noire, ses […]

Ru par Kim Thuy

Publié le 11 mars 2010

En Français, RU signifie « petit ruisseau ». En vietnamien, RU signifie »berceuse ». Ces deux significations du mot RU constituent la charpente poétique des souvenirs dans lesquels l’auteure nous entraîne. Plus que leur mise à nu dans le désordre, au gré des réminiscences, le récit de Kim Thuy m’est apparu comme une promenade dans une galerie d’art. Une multitude de tableaux poétiques, légèrement esquissés sur de courtes pages suggèrent parfaitement la dispersion des éléments de sa vie et la difficulté à se construire. Kim Thuy quitte avec sa famille le Vietnam à l’âge de 10 ans. Elle restitue de ce paradis perdu des images fortes, des portraits, des sensations. Issue d’une famille aisée, dont les aïeux furent préfets, scientifiques, politiciens, et elle-même née à Saïgon en 1968, en pleine offensive du Thêt, Kim Thuy ne fut atteinte par la guerre qu’à la fin des combats, à partir de 1975. Alors, l’installation des communistes partout, dans sa propre maison, les murs de brique dans les pièces, la surveillance de tous les instants, les disparitions constituent son quotidien jusqu’à la fuite par mer jusqu’à la Malaisie. Avec deux cents autres boat people, Kim Thuy vécut la peur au ventre, l’entassement au fond d’une cale nauséabonde, […]

Les heures souterraines par Delphine de Vigan

Publié le 6 janvier 2010

Les heures souterraines par Delphine de Vigan est une fiction criante de vérité sur deux solitudes en plein Paris, piégées dans les embouteillages et les transports en commun. L’auteur a su aller au plus profond de la souffrance générée par le harcèlement moral et le désert affectif, sur fond de transports saturés. Delphine de Vigan nous conte la double histoire de Mathilde, 40 ans, harcelée depuis huit mois au travail, et de Thibault, médecin urgentiste qui répond au pied levé aux appels au secours lancés de tous les coins de Paris. Il se débat avec les embouteillages, les difficultés de stationnement pour remplir sa mission. Delphine de Vigan a imaginé un personnage doublement seul. Il vient de rompre avec l’amour de sa vie, une femme qui ne l’aime pas. En plein désespoir amoureux, il transporte quotidiennement sa solitude et court de domicile en domicile tenter de diagnostiquer et soulager des souffrances de toutes sortes. Aucune raison d’échapper à cette course solitaire sans fin, tant est universelle la misère humaine. Mathilde, l’autre héroïne de Delphine de Vigan vit d’autres « heures souterraines ». Elle en passe beaucoup chaque jour dans le métro, et le RER D pour se rendre à son […]

Exit le fantôme, par Philip Roth

Publié le 5 janvier 2010

Une mise à distance littéraire et humoristique du drame de la finitude. Plus qu’un plaisir de lecture, une émotion durable. Pour faire de son désespoir de vieil écrivain une fiction ramassée, aux registres multiples où se mêlent réalisme, tragique, humour grinçant, colère, passion, poignants regrets, il fallait être Philip Roth. Une réussite donc, comme l’annonçait déjà le titre : « exit le fantôme » Le grand écrivain est encore capable d’une sortie théâtrale et littéraire, sous les feux de la rampe. Même quand Philip Roth délivre ce qui est peut-être son dernier testament littéraire, il le fait avec l’élégance et la légèreté du clown, il joue la comédie de la vie. J’ai retrouvé comme narrateur Nathan Zuckerman, son double littéraire, personnage témoin de l’affaire Lewinski dans son chef d’œuvre « la tache », le même écrivain solitaire, survivant très bien dans la campagne profonde, avec comme seule compagnie ses livres et sa machine à écrire, le même regard désabusé sur le monde, la même efficacité narrative. Mais son personnage est devenu central et il a vieilli. Des détails très crus sont donnés sur sa déchéance physique et les raisons de son éloignement. Il avait quitté sa ville, New York pour se protéger […]

Le jeu de l’ange, par Carlos Ruiz Zafon

Publié le 20 octobre 2009

Le deuxième livre de Zafon est paru en avril dernier et il est devenu en quelques mois un best seller:un million d’ exemplaires en quarante jours. Son premier roman « l’ombre du vent » a été vendu à dix millions d’ exemplaires dans 50 pays. Le « jeu de l’ange » se passe dans la ville de Barcelone des années 20. Le jeu de l’ange de Carlos Ruiz Zafon évoque un contexte de haine et d’insécurité qui aurait pu servir de toile de fonds à un roman historique sur la guerre civile, mais il utilise ce décor inquiétant pour donner une résonance décalée, glauque à un thriller fantastique. La grande pauvreté est omniprésente mais la ville est aux mains d’une bourgeoisie opulente et de fonctionnaires corrompus. Le héros principal David Martin est un jeune écrivain perdu dans la capitale catalane, marqué dès sa plus tendre enfance par le malheur. Carlos Ruiz Zafon semble s’être amusé à la rendre la plus misérabiliste possible. Une mère partie, un père alcoolique, violent quand il le surprend en train de lire. Il meurt assassiné sous les yeux de son fils quand celui ci a à peine dix ans. Heureusement pour David la littérature l’avait déjà sauvé car il […]

Quitter le monde par Douglas Kennedy

Publié le 27 août 2009

Je viens de lire le dernier Douglas Kennedy « Quitter le monde » pour satisfaire ma curiosité sur celui qu’on appelle le maître du thriller, le maître du suspens et du mélange des genres : drame psychologique et roman social sont habilement mêlés. Le récit est bien construit, dense et intelligent. L’intrigue psychologique obéit à une construction sans faute, les personnages sont attachants, son héroïne criante de vérité et émouvante. Voilà une héroïne en proie à la malchance, et à la culpabilité. Malgré les nombreux atouts qui auraient dû lui assurer dans la société américaine contemporaine une réussite éclatante, beauté, intelligence, un cursus universitaire sans faute, un doctorat dans la prestigieuse Harvard, Jane Howard se débat contre les coups du sort qui la mènent à l’hôpital psychiatrique. Elle ne cesse de se rendre responsable des malheurs qui l’accablent, depuis ses treize ans. La culpabilité est partout pour Jane. Dans les reproches de sa mère qui la tient responsable de l’échec de son propre mariage. Son mari fuit le lendemain du jour où Jane sort à ses parents qu’elle ne se mariera jamais et qu’elle n’aura jamais d’enfant. Quinze ans plus tard, elle se rendra responsable de l’échec de sa première histoire d’amour avec […]

Des saisons au bord de la mer par François Maspero

Publié le 24 août 2009

Les « abeilles et la guêpe » avaient été l’an passé un bonheur de lecture. Cette autobiographie de François Maspero révélait une écoute aux tragédies contemporaines, un courage personnel et une générosité infinis. J’ai retrouvé dans ce nouveau récit de vie, la même sensibilité au monde, mais des perspectives et une écriture différents. Il ne s’agit plus de restituer le parcours de sa vie, mais de faire revivre dans un registre poétique, les traces de deux enfances heureuses, la sienne et celle de sa fille. Le mode de la narration à la troisième personne lui a donné une liberté de transposition et d’idéalisation qui explique l’unité, les résonances heureuses entre les deux récits. Il rassemble donc dans une première partie une masse de souvenirs visuels, sensoriels, émotionnels sur ses vacances d’été chez les grands parents dans le Boulonnais, sans doute la ville d’ Outreau. Il se souvient de tout ce qui en faisait les plaisirs : les jeux de plage, les parties de pêche avec les cousins, la chasse aux papillons avec le grand-père. Cet ancien médecin l’a initié à la curiosité du monde et de la nature. Mais dans les grands rassemblements familiaux de l’été, la seule personne avec qui il […]