De Schütz à Bach, la musique du Baroque en Allemagne par Gilles Cantagrel

Publié le 18 mars 2009
Mots-clés:

cantagrelNous avons découvert Gilles Cantagrel et sa passion pour le Baroque allemand à l’occasion de la dernière « Folle journée de Nantes » et d’une conférence qu’il y donna sur « Buxtehude, grand humaniste ». La lecture de son dernier ouvrage s’imposait tout naturellement.
Né en Italie à la fin du XVème siècle, le Baroque a rayonné sur l’ Europe entière et même au-delà, engendrant ici ou là des styles différents suivant les pays. Il atteint avec un certain retard l’ Allemagne luthérienne à la fois réformée et ruinée par la guerre de Trente ans. Mais il y suscita une création exceptionnelle. Gilles Cantagrel, spécialiste du sujet propose un large panorama de la musique du Baroque en Allemagne en cinq parties. Les deux premières sont consacrées à la description de l’ Allemagne luthérienne et à la place prise par la musique dès le début de la Réforme. Non seulement Luther voulait que le peuple acquît une connaissance des textes sacrés, donc que chacun sût lire, mais aussi il recommanda l’usage le plus large possible de la musique. Faire chanter des cantiques donc partout et par tous. Il assignait ainsi à la musique un rôle éducatif, spirituel, rassembleur. L’engouement fut immédiat et une formidable émulation s’empara des esprits, suscita un immense répertoire, fit émerger des compositeurs majeurs. La circulation des oeuvres était assurée par la publication de nombreux périodiques musicaux, dont Telemann fut l’initiateur. Cet essor de la musique baroque allemande a duré un siècle et demi, à l’intérieur duquel Gilles Cantagrel distingue trois périodes. La première, théâtre de la guerre de Trente ans, influencée par Gabrieli et Monteverdi est dominée par la figure de Schütz. La seconde apporte des sensibilités nouvelles avec le retour de la paix et ce sont Rosenmüller, Erlebach, Buxtehude et Bruhns. Enfin la troisième couvre la première moitié du XVIIIe siècle avec les célèbres Telemann, Mattheson, Haendel, J.S. Bach, Pisendel. La dernière partie analyse l’évolution du langage musical. Citons quelques thèmes : l’homme, les passions de l’âme, Dieu, la création et l’univers, le cercle, la mort, le nombre.

Courant de pensée empreint d’humanisme, amour de la vie sublimé par la religion, le Baroque est aussi un mouvement artistique très sophistiqué. Il a profité des mutations techniques opérées par ses prédécesseurs dans l’art choral et instrumental.

Il a introduit un symbolisme savant en jouant sur l’interprétation métaphysique du nombre, des instruments, des harmoniques, des répétitions. La musique est plus qu’un plaisir, elle est une science et elle est une image de l’univers organisé selon des lois naturelles mises en lumière par les astronomes et mathématiciens Copernic, Brun, Galilée, Johann Kepler.