la nuit de Geronimo par Dominique Sylvain

Publié le 14 mai 2009

Voila un roman policier qu’on oubliera très vite. L’enquêteuse est une détective privée, Louise Morvan, fouineuse obstinée et joli brin de fille. Elle a été contactée par une amie Philippine Domeniac.
Cette dernière reçoit chaque matin le même email évoquant son père, qui s’est donné la mort il y a vingt ans. Le message laisse entendre que sa disparition a une origine criminelle, non élucidée. La victime étant désignée par son surnom d’enfant, seul connu de ses proches, les recherches se referment sur eux. La complexité de chacun a de quoi attiser la curiosité. La victime elle-même Thierry Domeniac, avait un parcours peu commun : précurseur de recherche sur les OGM, brillant scientifique, spécialiste de chimie moléculaire. Son frère cadet magnat de la grande distribution et PDG d’un laboratoire de génie génétique se rend régulièrement à Moscou. L’enquête tourne au cauchemar : une filature rapprochée pour Louise, des interrogatoires musclés au commissariat. Le premier suspect est retrouvé mort après avoir été torturé. La jeune femme qui a commandé l’enquête meurt assassinée ainsi que sa tante.

Mafia russe, génie génétique, OGM, famille névrotique sont les ingrédients d’une intrigue riche en rebondissements mais sans ressort.

L’ensemble est convenu, plat et ne mérite surtout pas la comparaison avec les romans policiers de Fred Vargas.