Le jeu de l’ange, par Carlos Ruiz Zafon

Publié le 20 octobre 2009
Mots-clés:

imagesLe deuxième livre de Zafon est paru en avril dernier et il est devenu en quelques mois un best seller:un million d’ exemplaires en quarante jours. Son premier roman « l’ombre du vent » a été vendu à dix millions d’ exemplaires dans 50 pays. Le « jeu de l’ange » se passe dans la ville de Barcelone des années 20.

Le jeu de l’ange de Carlos Ruiz Zafon évoque un contexte de haine et d’insécurité qui aurait pu servir de toile de fonds à un roman historique sur la guerre civile, mais il utilise ce décor inquiétant pour donner une résonance décalée, glauque à un thriller fantastique.

La grande pauvreté est omniprésente mais la ville est aux mains d’une bourgeoisie opulente et de fonctionnaires corrompus.

Le héros principal David Martin est un jeune écrivain perdu dans la capitale catalane, marqué dès sa plus tendre enfance par le malheur. Carlos Ruiz Zafon semble s’être amusé à la rendre la plus misérabiliste possible. Une mère partie, un père alcoolique, violent quand il le surprend en train de lire. Il meurt assassiné sous les yeux de son fils quand celui ci a à peine dix ans. Heureusement pour David la littérature l’avait déjà sauvé car il avait réussi à lire en cachette toutes ses tristes années « de grandes espérances » de Charles Dickens. Arrivé à l’âge adulte, il doit lutter pour survivre, passe ses nuits et ses jours à écrire de courts récits pour un médiocre quotidien régional « la voz de la Industria », il a tout juste réussi à louer une chambre sordide dans un hôtel des bas-fonds et fantasme sur un amour impossible. Ses histoires ont un grand succès, révèlent ses talents mais l’épuisent jusqu’à lui enlever le goût de vivre. Les choses vont si mal qu’il finit par vendre son âme d’écrivain à un mystérieux éditeur parisien Andreas Corelli. Ce dernier lui demande d’écrire un livre sur une nouvelle religion moyennant une fortune, 100 000 francs français. A partir de là, sa vie bascule. Une étrange mécanique de destruction se met en place, quand il commence à faire des recherches sur ce mystérieux « monsieur ». Pour reprendre sa liberté et sauver la femme qu’il aime, David puise ses forces dans la Barcelone envoûtante du Cimetière des livres oubliés, où se côtoient des êtres abandonnés de l’humanité mais aussi des personnages attachants et uniques comme le libraire Sempere, et la jeune Isabella.

Le lecteur est happé dès les premières pages par un suspense sans faille, un subtil jeu d’équilibre entre la réalité et un univers fantastique troublant à souhait, enfin les multiples clins d’œil à de grands chefs d’œuvre de la littérature mondiale.

Le jeu de l’ange de Carlos Ruiz Zafon est traduit par François Maspéro et est paru aux éditions Robert Laffont.