L’oracle della Luna par Frédéric Lenoir

Publié le 5 novembre 2008

PHOffef4a4c-ef96-11e2-9227-b91c27f07d77-805x453En 1545, les moines du Monastère San giovanni in Venere dans les Abruzzes recueillent le corps ensanglanté d’un inconnu d’une trentaine d’années.
Il faudra toute la patience et l’obstination du prieur Dom Salvatore pour aider le jeune homme à recouvrer la santé, puis la mémoire. Alors le lecteur apprend son nom, Giovanni Tratore. Originaire des Calabres, fils de paysan, ce dernier tombe amoureux d’une noble vénitienne Elena, dont le navire s’est échoué près du village. Elle aussi le remarque, quand il est fouetté en public, pour l’avoir épiée au-dessus de sa chambre. Obsédé à l’idée de la retrouver, Giovanni prend la route pour traverser l’Italie et rejoindre la cité des Doges. La quête amoureuse se transforme en chemin initiatique.
En effet, en pleine forêt, il fera deux rencontres marquantes. La première sera la belle sorcière Luna qui lui prédit un singulier destin, de feu et de sang. La seconde sera dans la même forêt, se cachant du monde, Maître Lucius, célébrissime astrologue, grand érudit, passionné par la philosophie, la religion, les sciences, le libre arbitre … Giovanni restera trois ans à ses côtés, le temps de se former et devenir à son tour un brillant astrologue. C’est doté de ce savoir très prisé à l’époque, d’une grande circonspection et d’une nouvelle identité qu’il acquiert à Venise, une rapide renommée, se fait aimer de la belle Elena. Mais une multitude d’aventures viennent contrarier leurs projets sentimentaux.

Roman historique, thriller théologique, L’oracle della Luna par Frédérique Lenoir finit par mêler rebondissements romanesques, picaresques et digressions quasi-encyclopédiques sur les querelles intellectuelles, philosophiques qui ont hanté le XVIe siècle.

C’est un thriller théologique, à partir du moment où Maître Lucius lui confie un message explosif, à remettre en mains propres au pape, qui lui vaut d’être pourchassé par des tueurs. Il nous entraîne des palais aux prisons vénitiennes, des monastères du mont Athos, au bagne du corsaire Barberousse à Alger, de Jerusalem au ghetto de Chypre. Une intrigue bien ficelée qui tient en haleine jusqu’à la dernière des 617 pages. Des connaissances solides sur l’histoire des religions, et la question traitée de façon récurrente du destin et du libre arbitre. L’oracle della Luna : Le tragique et lumineux destin de Giovanni Tratore est paru chez Albin Michel
Rép