Henry Purcell par Claude Hermann

Publié le 16 février 2010

Henry Purcell est mon compositeur baroque préféré. La beauté aérienne, la richesse expressive de sa musique me touchent profondément. Il se trouve que le XVIIe siècle anglais aussi. Je ne pouvais qu’être comblée par la lecture de la biographie de Purcell publiée par Claude hermann en février 2009. En effet cette biographie de Purcell dresse un très beau portrait du compositeur, mais aussi fait revivre un demi-siècle de grandes turpitudes du pays, un peu plus que le passage de Purcell sur terre, puisqu’il naquit en 1659 et mourut en 1695 à l’âge de 36 ans. Non seulement Claude Hermann a su faire revivre un contexte socio-politico-religieux particulièrement agité, avec moult détails de la vie quotidienne, mais elle m’ a surtout permis de comprendre la succession des périodes traversées et le rôle de chacune d’elles dans l’ éclosion d’une effervescence musicale remarquable et du génie de Purcell. L’accroche de la biographie est saisissante : « Un siècle avant les Français, les Britanniques faisaient leur révolution politique et adoptaient une monarchie de type constitutionnel s’appuyant sur le protestantisme et un Parlement fort. C’était en 1688 : Purcell avait vingt-neuf ans. Pour parvenir à ce résultat, il avait fallu les sanglantes répressions d’Elisabeth […]

Le Baroque et la mort

Publié le 27 avril 2009

J’avoue ne pas vibrer aux excès décoratifs, à la surcharge expressive des églises de la contre-réforme mais le baroque recouvre pour moi une civilisation, une époque et surtout une posture, face à la mort, face à la vie, face à la beauté. Situons le baroque dans le temps et dans l’espace. La période se situe grosso modo entre 1550 et 1750 dans l’Europe entière. Elle englobe Montaigne en amont et Bach en aval, mais elle poursuit sa route en Amérique latine au XIXème siècle. Le baroque a pris des colorations différentes suivant les pays. Le Baroque français n’a jamais été aussi débridé que le baroque italien. Le dernier quart du XVII a vu le triomphe du classicisme en France. Mais même à ce moment là le baroque français a continué à vivre dans les opéras de Lully. Il y a donc des baroques. Une même vision du monde les réunit pourtant. Il y a une rupture entre la pensée de la Renaissance, enfermée dans le géocentrisme et l’immobilité de la beauté formelle et la vision du baroque. La vision baroque intègre les découvertes de Copernic, de Galilée et de Kepler. l’héliocentrisme, le mouvement perpétuel et le temps, donc la fragilité […]

De Schütz à Bach, la musique du Baroque en Allemagne par Gilles Cantagrel

Publié le 18 mars 2009

Nous avons découvert Gilles Cantagrel et sa passion pour le Baroque allemand à l’occasion de la dernière « Folle journée de Nantes » et d’une conférence qu’il y donna sur « Buxtehude, grand humaniste ». La lecture de son dernier ouvrage s’imposait tout naturellement. Né en Italie à la fin du XVème siècle, le Baroque a rayonné sur l’ Europe entière et même au-delà, engendrant ici ou là des styles différents suivant les pays. Il atteint avec un certain retard l’ Allemagne luthérienne à la fois réformée et ruinée par la guerre de Trente ans. Mais il y suscita une création exceptionnelle. Gilles Cantagrel, spécialiste du sujet propose un large panorama de la musique du Baroque en Allemagne en cinq parties. Les deux premières sont consacrées à la description de l’ Allemagne luthérienne et à la place prise par la musique dès le début de la Réforme. Non seulement Luther voulait que le peuple acquît une connaissance des textes sacrés, donc que chacun sût lire, mais aussi il recommanda l’usage le plus large possible de la musique. Faire chanter des cantiques donc partout et par tous. Il assignait ainsi à la musique un rôle éducatif, spirituel, rassembleur. L’engouement fut immédiat et une formidable émulation […]