Exit le fantôme, par Philip Roth

Publié le 5 janvier 2010

Une mise à distance littéraire et humoristique du drame de la finitude. Plus qu’un plaisir de lecture, une émotion durable. Pour faire de son désespoir de vieil écrivain une fiction ramassée, aux registres multiples où se mêlent réalisme, tragique, humour grinçant, colère, passion, poignants regrets, il fallait être Philip Roth. Une réussite donc, comme l’annonçait déjà le titre : « exit le fantôme » Le grand écrivain est encore capable d’une sortie théâtrale et littéraire, sous les feux de la rampe. Même quand Philip Roth délivre ce qui est peut-être son dernier testament littéraire, il le fait avec l’élégance et la légèreté du clown, il joue la comédie de la vie. J’ai retrouvé comme narrateur Nathan Zuckerman, son double littéraire, personnage témoin de l’affaire Lewinski dans son chef d’œuvre « la tache », le même écrivain solitaire, survivant très bien dans la campagne profonde, avec comme seule compagnie ses livres et sa machine à écrire, le même regard désabusé sur le monde, la même efficacité narrative. Mais son personnage est devenu central et il a vieilli. Des détails très crus sont donnés sur sa déchéance physique et les raisons de son éloignement. Il avait quitté sa ville, New York pour se protéger […]

Quitter le monde par Douglas Kennedy

Publié le 27 août 2009

Je viens de lire le dernier Douglas Kennedy « Quitter le monde » pour satisfaire ma curiosité sur celui qu’on appelle le maître du thriller, le maître du suspens et du mélange des genres : drame psychologique et roman social sont habilement mêlés. Le récit est bien construit, dense et intelligent. L’intrigue psychologique obéit à une construction sans faute, les personnages sont attachants, son héroïne criante de vérité et émouvante. Voilà une héroïne en proie à la malchance, et à la culpabilité. Malgré les nombreux atouts qui auraient dû lui assurer dans la société américaine contemporaine une réussite éclatante, beauté, intelligence, un cursus universitaire sans faute, un doctorat dans la prestigieuse Harvard, Jane Howard se débat contre les coups du sort qui la mènent à l’hôpital psychiatrique. Elle ne cesse de se rendre responsable des malheurs qui l’accablent, depuis ses treize ans. La culpabilité est partout pour Jane. Dans les reproches de sa mère qui la tient responsable de l’échec de son propre mariage. Son mari fuit le lendemain du jour où Jane sort à ses parents qu’elle ne se mariera jamais et qu’elle n’aura jamais d’enfant. Quinze ans plus tard, elle se rendra responsable de l’échec de sa première histoire d’amour avec […]

Le verdict du plomb par Michael Connelly

Publié le 4 août 2009

Absent des prétoires depuis plus d’un an, l’avocat Mickey Haller hérite de la clientèle de son confrère Jerry Vincent, assassiné dans un parking. Après avoir reconstitué son équipe, l’avocat va devoir défendre une dizaine de jours plus tard Walter Elliot, magnat du cinéma accusé d’avoir tué sa femme et son amant . Michael Connelly, devenu en quinze ans la star du roman noir américain, est un spécialiste des polars judiciaires depuis 1994. Il dénonce avec réalisme et acuité les travers du système judiciaire américain, mais il s’attache en plus dans ce roman à peaufiner un personnage complexe aux prises avec les contraintes du milieu, les contradictions du métier, et des scrupules moraux. Ce dernier est un redoutable prédateur, capable de sauver les crapules qu’il doit défendre, mais en même temps, un être humain fragile, en quête d’intégrité et de vérité, capable de défendre gratuitement un client. Jusqu’où peut-on défendre l’indéfendable ? Jouer avec le mensonge sous prétexte qu’un autre mensonge fait risquer la peine de mort à un innocent ? Jusqu’où un avocat de la défense peut-il exercer son job à Los Angeles, sans basculer lui-même dans la corruption et le cynisme ? Comment se réconcilier avec sa fille de onze ans et […]

Seul dans le noir par Paul Auster

Publié le 31 mars 2009

August Brill est le narrateur, ancien critique littéraire à la retraite, 72 ans et handicapé depuis un accident de la route. Veuf, il vit chez sa propre fille et regarde des films à longueur de journée avec Katya, sa petite fille qui a le cœur brisé. La nuit, « seul dans le noir », il s’invente des histoires pour échapper aux remords, aux angoisses. Il fait surgir ainsi une Amérique parallèle, en proie à la guerre civile. August Brill est le narrateur, ancien critique littéraire à la retraite, 72 ans et handicapé depuis un accident de la route. Veuf, il vit chez sa propre fille et regarde des films à longueur de journée avec Katya, sa petite fille qui a le cœur brisé. Elle avait quitté son fiancé juste avant qu’il ne parte servir en Irak, où il a été enlevé, puis exécuté. Myriam est aussi inconsolable après cinq ans de divorce. Sous le même toit vivent donc trois êtres écorchés, rongés par le remords. August joue son rôle de tampon, il écoute et console. Insomniaque la nuit, notre narrateur « seul dans le noir » essaie de trouver le sommeil ou du moins chasser ses souvenirs et ses angoisses en s’inventant […]